Entretien avec le Docteur Haneche

Quel a été votre parcours ?

Depuis un peu plus d’un an, j’exerce en tant qu’infectiologue au service de médecine polyvalente et de maladies infectieuses à l’hôpital Le Raincy-Montfermeil (93). J’ai fait mes études à la faculté de médecine de Créteil, suivi d’un internat à Bordeaux où je me suis inscrite en D.E.S.C. de pathologies infectieuses et tropicales et ai écrit ma thèse sur la vaccination. J’ai ensuite réalisé un assistanat à l’hôpital de Creil avant de travailler comme chef de clinique à La Pitié Salpetrière en maladies infectieuses. J’y ai eu une très belle expérience avec une équipe dynamique et j’y ai notamment appris à publier et à développer l’activité d’infectiologie transversale.

Puis j’ai développé mes compétences sur le VIH, les hépatites et la santé sexuelle (Prep), avant de me tourner vers une activité de recherche clinique en vaccinologie, pour revenir à mes premiers amours, à l’Hôpital Cochin en centre d’investigation clinique en vaccinologie.

J’ai aussi développé une activité de santé publique dans des centres de vaccination, dans les CeGIDD (centre gratuit d’information de dépistage et de diagnostic) et lors d’activités de garde à l’hôpital prison de Fresnes.

Par la suite, je me suis rendue compte que le côté clinique et la démarche diagnostique me manquaient, je suis donc revenue vers des services plus conventionnels de médecine interne où j’avais également une activité de maladies infectieuses.

Enfin, tout ce parcours m’a mené à être nommée PH à l’hôpital de Montfermeil comme référent en infectiologie dans l’établissement comportant une activité d’hospitalisation, de consultation, d’avis transversaux en infectiologie au sein des différents services de l’établissement pour lesquels j’accompagne les praticiens dans leur démarche diagnostique, thérapeutique et dans le suivi de leurs malades.

Bien sûr, vu le contexte actuel, je participe activement à la prise en charge des patients COVID et à l’organisation du centre de vaccination anti-COVID qui a été ouvert début janvier au sein de l’établissement.

Parallèlement, je mets un point d’honneur au développement de ma formation continue afin d’affiner mon expertise. Par exemple, j’ai fait un diplôme universitaire (DU) sur le VIH, l’antibiothérapie, la dermatologie infectieuse et tropicale. Et actuellement je fais un DU d’infections ostéo-articulaires. Je me forme également au travers de webinaires et de congrès.

Ces formations pour parfaire vos connaissances vous demandent-elles beaucoup de temps ?

La formation occupe beaucoup de mon temps car, s’il y a un volet de formation personnelle, il y a également une grande part d’enseignement aux autres. C’est notamment ce que je fais au sein de mon établissement sur la vaccination anti-COVID : j’essaie de former l’ensemble des soignants aux principes de la vaccination pour qu’ils comprennent l’intérêt de cette vaccination en particulier et de la vaccination en général. Il faut savoir qu’on a déjà du mal à vacciner contre la grippe parmi les soignants, donc il en va de même contre la COVID.

Sur le volet formation personnelle, une partie de la vie privée y est consacrée car le temps hôpital qui y est dédié est insuffisant par rapport à ce dont on a réellement besoin pour être constamment à jour de ses connaissances en médecine. Mais cela dépend bien entendu de la volonté de chacun à se former. C’est donc un réel investissement.

Vous parlez de former les autres, comment vous y prenez-vous ?

Je ne fais pas encore de webinaire. Ce sont plutôt des cours en présentiel que je donne au sein de l’établissement auprès des internes, des externes, de stagiaires. Il m’est notamment  arrivé d’accompagner les étudiants dans leurs études cliniques. Je forme également le personnel paramédical où il y a nécessité à leur expliquer les principes de l’infectiologie, des prélèvements, mais aussi l’intérêt de la vaccination. J’ai développé pour eux des présentations powerpoint que je leur présente en me déplaçant dans les services. En ce moment, j’attache par exemple une importance sur l’AstraZeneca qui fait peur à beaucoup de soignants, pour leur redonner confiance en ce vaccin.

Pourquoi ce métier ? 

Dans un premier temps, j’ai choisi la médecine car c’est une vocation que j’ai depuis toute petite, dès 8 ans. Dans un second temps, je me suis tournée vers l’infectiologie car le domaine de l’immunologie m’a passionné très tôt dans ma scolarité (en 3ème). Par la suite, ma première année de médecine a confirmé que ce domaine m’intéressait énormément, en particulier l’infection VIH et la vaccination ; domaine que je pratique encore beaucoup.

C’est une spécialité que j’ai découverte au fur et à mesure de mes études. Elle est, de mon point de vue, la plus riche : autant sur le plan de la culture médicale qu’elle nécessite que sur son interaction et sa transversalité avec les autres spécialités qui amènent à collaborer avec de nombreux spécialistes ( chirurgiens, médecins, biologistes,…). Nous sommes très accompagnés par nos confrères microbiologistes. C’est l’une des rares spécialités médicales où l’on guérit la plupart des patients, ce qui est très satisfaisant.

Pourquoi un parcours si riche ? Cela est-il une nécessité liée à votre spécialité ?

J’ai voulu ouvrir le plus possible mon panel de connaissances et de compétences sur les domaines qui vont de l’infectiologie spécifique à un CHU à celles plus généralistes d’un CHG, ainsi qu’une activité de santé publique à laquelle je n’avais pas eu accès lors de mon internat par exemple. C’était certes une curiosité personnelle, mais il est vrai qu’il existe une difficulté propre à cette spécialité qui provient du peu de postes titulaires en maladie infectieuse qui existent. Et l’essentiel de ces postes sont aujourd’hui occupés par des hommes. Comme on l’observe dans d’autres spécialités médicales, je pense qu’il reste encore difficile pour une femme infectiologue d’être nommée.

Avez-vous déjà sollicité le CNG pour votre carrière ?

Finalement très peu, j’ai connu le CNG lors des ECN, mais je l’ai découvert au travers des ateliers de concertation de l’année 2020. Globalement les praticiens n’en entendent parler que pour les ECN ou le concours de PH, mais entre les deux, ce n’est pas une institution à laquelle on pense en premier lieu, ce n’est pas un réflexe pour les praticiens en cas de difficulté ou de volonté de changement ou d’orientation de carrière.